Que l’on se soit marié en Suisse ou pas, que l’on soit Suisse ou pas, que l’on ait des enfants ou pas, du moment que l’on réside en Suisse on peut divorcer en Suisse. Et si les deux conjoints divorcent d’un commun accord, ils peuvent le faire suivant une procédure on ne peut plus « simple » : celle du consentement mutuel. Explications.

Suisse : du divorce « bagarre » au divorce à l’amiable

Jusqu’en l’an 2000, en Suisse comme dans la plupart des pays, divorcer rimait avec « bagarres ». Du divorce à Vaud au divorce à Genève (etc.), la procédure impliquait « fautes », accusations, et allers et retours sans fin entre avocats ((https://divorce.ch/introduction-au-divorce/avocat/liste-des-avocats). Non seulement cela pouvait prendre des années, mais c’était extrêmement coûteux financièrement et en stress. Or, depuis l’an 2000, on peut, en Suisse opter pour le « consentement mutuel » et tout régler en trois mois ! Ce que font d’ailleurs désormais 90% des futurs divorcés suisses !

Vous êtes au bord d’un divorce à Genève ? Avez-vous pensé à la médiation ?
Source : www.divorce.ch

Suisse : la «faute » ne comptant plus, on peut divorcer sans avocat !

Il faut dire que cette procédure ne se soucie pas du tout des raisons du divorce. D’ailleurs, la notion de « faute » (hors délits pénaux) n’y a plus aucun poids. Aussi peut-on désormais divorcer sans avocat en Suisse ! De fait, déjà en 2005 (soit 5 ans à peine après la mise en œuvre de la nouvelle législation), un tiers des divorces suisses a été prononcé sans intervention du moindre avocat ! Et pour être tout à fait tranquille on peut le faire en s’appuyant sur divorce.ch !